Actualités
Vittoz : un précurseur!
Bibliographie
Indications
Extraits d'un Mémoire
Vittoz pour les enfants
Réflexion

Imprimer cette page

Ces passages sont extraits d'un Mémoire ,
pour montrer un peu comment fonctionnent les différentes étapes de la Méthode.

1 -LA RECEPTIVITE .

"La réceptivité, c'est tout" nous dit le Docteur Vittoz. C'est la base fondamentale de la Méthode. Je citerai aussi le P.M. Charles Jegge (Présentation des exercices du Docteur Vittoz. Ed Téqui):"A eux seuls les exercices de réceptivité suffisent à rétablir l'équilibre psychologique, car ils comportent déjà en germe les autres exercices (concentration, élimination, volonté )." C'est dire l'importance que nous y accordons..

Je ferai cette définition comme je le ressens: la réceptivité, c'est la conscience de tout soi, dans l'instant présent au contact de l'environnement immédiat. En un mot, je me sens là.

Cette présence à soi est difficile à acquérir: comment cela se fait-il? Nous sommes le plus souvent: le corps ici et l'esprit ailleurs, nous sommes étonnés de nous découvrir à ce point émissifs plutôt que réceptifs, nous vivons dans une dichotomie permanente. Posons-nous quelques questions, "je pense mon acte, est-ce que je le sens"? La réceptivité, c'est sentir tout ce que mon corps accomplit, ma pensée rejoint mon acte, et je ne suis plus divisé mais pleinement dans mon acte, donc pleinement là, donc unifié.

C'est ce rétablissement que nous effectuons avec les exercices de la Méthode, il est souvent "laborieux", une certaine ascèse est nécessaire, car pour parvenir à une bonne réceptivité il faut une réelle persévérance et une fidèle répétition des exercices proposés. Le patient qui fait très bien ses exercices avec sa praticienne mais qui ne les pratique pas ensuite, n'obtiendra pas le rétablissement de son équilibre, car le "Vittoz" est en somme un correctif des mauvaises habitudes prises au fil de l'existence. Suite à des chocs émotionnels par exemple, on va se réfugier dans le rêve pour fuir le réel, ou parce qu'on a peur on anticipe l'avenir, lequel ne peut pas être vrai puisqu'il n'existe pas encore ! etc ". L'idée trompe souvent, la sensation jamais ". Je citerai encore Joséphine Van Slyck Thorn : Un manuscrit inachevé Ed. Téqui " en répétant les exercices......Vous avez changé votre cerveau et à son tour il vous changera "

"Etre réceptif, c'est être conscient de soi, des autres, de l'environnement ".

Voilà donc les premiers exercices que nous vivons nous-mêmes et que nous faisons pratique. La toute première réceptivité est celle de son corps que nous amenons à découvrir, à senti. En commençant les exercices, nous découvrons avec surprise que nous ne connaissons pas tout notre corps, parce que nous ne le sentons pas, sauf si notre tête nous a fait mal ou si notre foie est douloureux.

Sentez votre main en n'étant que dans ce que vous recevez comme sensation de celle-ci.

Sentez vos côtes lorsque se fait votre respiration.

Sentez le mouvement de la respiration.

Sentez votre espace interne, l'abdomen vos organes, etc ...

Il s'agit d'être totalement dans le "senti" bien concret. Peu à peu on se sent comme réintégrer son propre corps. Cette réceptivité, cette conscience de soi est contrairement à ce qu'on pourrait croire dans un premier temps, un repos une relaxation un vrai délassement, rien de plus reposant après un travail intellectuel que de faire de la réceptivité corporelle.

Plus je suis conscient de moi de mes sensations, plus je suis détendu et moins je me fatigue. La fatigue est causée par la disharmonie entre le cerveau et le corps, la pensée et la sensation. Le "Vittoz" travaille donc à retrouver ce bon équilibre qui est très pacifiant, mon corps devient un allié non plus un poids lorsque ma pensée s'accorde avec lui et alors je suis unifié et non plus divisé.

La réceptivité, si courte soit-elle, coupe net l'émissivité, et par là donne un court instant de repos au cerveau. "La réceptivité est une éducation de l'attention."

J'aime beaucoup la réflexion de Madame Bron lorsqu'elle dit : "Faire reposer le corps ne fait pas reposer l'esprit , mais faire reposer l'esprit repose toujours le corps " et c'est justement dans la réceptivité à mon corps ou à mon acte senti, que je fais faire une pause à mon cerveau.

La réceptivité corporelle est celle par laquelle on commence. Puis on amène la personne à utiliser tous ses sens.

Le toucher : sentir tout ce que l'on touche, et être uniquement dans ce que la main perçoit, lourd, chaud, froid, doux etc....Cela rend très présent à ce que l'on fait, si j'épluche une pomme de terre, je sens la différence de contact lorsqu'elle n'a plus sa pelure, je sens les différents tissus que je porte sur moi, et je le sens lorsque je m'habille ...Voilà qui est vivre au présent.

Le goût: je sens dans ma bouche et sur mon palais les différents aliments. Il ne s'agit pas de ne faire que ça pendant un repas, mais au moins à chaque aliment différent. D'autant que le goût est un sens excellent pour redynamiser l'organisme.

La vue: nous apprenons à voir , et à garder comme un flash dans le mental les formes et les couleurs, ne pas penser mais recevoir l'image, ce qui est plus reposant, sinon le jugement entre en ligne de compte et alors il s'agit d'une émissivité. D'abord je vois la chose telle qu'elle est. Cette façon d'aborder aussi les personnes aide à se dégager des jugements négatifs.

L'odorat: recevoir les odeurs et sentir jusqu'où elles pénètrent dans le corps, liées à la respiration: cela est très apaisant .

L'ouïe: entendre, laisser le bruit, quel qu'il soit venir à soi, et le suivre un instant. Lorsque nous en prenons l'habitude, nous sommes surpris de constater que même un bruit très fort et désagréable ne nous atteint plus, ne nous stresse plus, car il est un bruit parmi les autres. Recevoir est une attitude qui empêche de se sentir agressé.

Recevoir devient peu à peu une habitude et lorsque toute la réceptivité corporelle et sensorielle est acquise ou rétablie, alors nous pouvons passer au plan des idées puis des émotions. Cela pourra même se faire pendant cette période-ci, car le réflexe de réceptivité viendra naturellement, et un choc, ou ce qui aurait été un choc, tombera sur une personne bien plantée, sentant le sol et ses appuis et qui ne sera plus atteinte ni déstabilisée. La réceptivité rend solide en soi parce que maintenant on habite en soi, on est dans son corps.

UNE REGULARITE EST NECESSAIRE

Cette première étape est primordiale: "inutile d'aller plus loin si l'élève ne travaille pas avec régularité ses exercices, il ne progressera pas".P.M. Charles Jegge. Il est donc capital dans la pratique de cette thérapie que la personne s'engage à participer, à donner d'elle même, à entrer dans la démarche. Mais lorsque nous sentons le bienfait apporté par la réceptivité, nous n'avons qu'une envie, avancer plus avant dans la sensation de la justesse de l'acte, car c'est très apaisant et aussi tonifiant, on se sent bien. L'accord profond avec soi-même est la preuve de l'équilibre retrouvé, c'est la guérison des tensions, et alors cela se répercute sur tout le corps par une détente profonde. Cette détente fera que l'on accueillera les occasions de stress sans qu'elles nous entament, elles nous toucheront sans nous déstabiliser .

Cela demande de changer les habitudes de passivité que nous avons tous plus ou moins, il faut donc refaire le plus souvent possible les actes sentis, conscients, ou les réceptivités sensorielles , pour arriver à une présence à soi-même et à la vie telle qu'elle est et telle qu'elle se présente à nous au fil des instants.

La réceptivité est une école de vie dans l'instant présent, elle peut toujours se pratiquer puisque nous avons toujours à le vivre, cet instant, quelle que soit l'activité ou la détente etc ...

Cette présence à l'instant est un repos contrairement à ce qu'on pourrait croire. Et j'aime cette remarque si juste de Jo Croissant dans son livre "Le corps Temple de la beauté" ." "Si tu n'as pas un instant pour te reposer , repose-toi dans l'instant ". C'est absolument ce que réalise la réceptivité à nous-mêmes en Vittoz, si nous nous y engageons pleinement, si nous prenons l'habitude de tout recevoir,corps, émotions, sentiments, environnement, etc ...

Il est juste en revanche qu'au début cela demande des efforts soutenus et qu'il faut de la constance pour rétablir un organisme qui a pris les habitudes de faire deux choses à la fois, ou qui ne peut sortir de ses rêves, ses souvenirs ou ses anticipations. Il me vient à la pensée une patiente qui réussissait parfaitement en séance, mais qui a mis du temps pour mettre réellement en pratique dans sa vie quotidienne les exercices que je lui indiquais, et qui un jour me dit "j'allais mal en me levant, alors cette fois je me suis assise et j'ai fait le signe de l'infini et fait et refait, et bien, je n'en revenais pas de me sentir aussi bien ensuite dans la journée, et ce bien a duré plusieurs jours."

Une autre me disant "j'étais envahie par les personnes qui venaient me solliciter, alors j'ai fait " toc toc" (et elle me montre du geste les parties doubles vers en haut, exercice de concentration, en fait un courant) et ça m'a permis de rester moi-même." Ou encore la même personne disant " quand j'ai vu toutes ces personnes qui m'attendaient, et bien je les ai d'abord fait sortir, et puis j'ai pris le temps de me poser et de me sentir à mon bureau, et alors j'ai pu les faire venir, mais une par une, et c'était beaucoup mieux pour tout le monde " M X ne s'est plus laissée envahir ni dépasser. Ce qui a rendu son action bien plus efficace, et pour ceux qu'elle aidait, et pour elle-même qui ne se "vidait" plus de ses forces.

Dans la découverte de la réceptivité, elle a pris conscience qu'elle se négligeait elle-même, et ne savait plus goûter ce qu'elle mangeait, ni se poser pour manger. Son corps ? elle ne le sentait plus, alors cette prise de conscience a été une vraie résurrection pour elle, et n'a fait qu'améliorer son amour des autres.